Que fait la concurrence ?

C’est dommage pour Curve (et surtout pour les personnes ayant pris les formules premium) et pour la flopée de Fintech UK qui utilisent aussi Wirecard. Par contre je suis étonné que Boon fonctionne toujours (ou en tout cas, 0 communication sur leur Twitter)

Bonjour à tous, jusqu’à jeudi 25/06 BOON fonctionnait. Par contre vendredi 26/06 j’ai eu un refus « carte périmée » dans une pharmacie en toute fin d’AM. Comme j’ai aussi ma carte Bourso sur mon smartphone pro (Google Pay), j’ai basculé sur Bourso sans retenter…

Mais je confirme, pour ma part aussi, aucune info de BOON. Aucune notification ni sur mon iPhone, ni sur mon smartphone pro Android. 155€ surement perdu…

EDIT1: Voilà plus de 2 heures après avoir validé l’achat d’un bon cadeau AMAZON de 155€ avec la carte virtuelle BOON, la transaction n’est toujours pas validée…

EDIT2 : je viens de recevoir le SMS d’Amazon. Paiement refusé !!! Sale vent sur la fintech…

« Le scandale financier Wirecard, une affaire Enron version allemande »

Chronique

auteur
Jean-Michel Bezat

La chute de la société de paiements électroniques n’est pas sans rappeler la fraude orchestrée par le courtier américain au début des années 2000.

Publié par Le Monde le 26/06/2020 à 11h02, mis à jour hier à 13h25

Markus Braun, PDG de Wirecard, lors de l’assemblée générale de l’entreprise, le 25 avril 2019, à Munich.

Markus Braun, PDG de Wirecard, lors de l’assemblée générale de l’entreprise, le 25 avril 2019, à Munich. Michael Dalder / REUTERS

Pertes & profits. Felix Hufeld, président de la BaFin, va passer un mauvais moment, la semaine prochaine, lors de son audition devant la commission des finances du Bundestag. Il devra expliquer aux députés comment les agissements frauduleux de Wirecard ont pu échapper au gendarme allemand des marchés – malgré des alertes lancées depuis des années, et notamment une enquête du Financial Times (FT) publiée début 2019. Jusqu’à ce funeste jeudi 25 juin, où la société de paiements électroniques, inscrite au prestigieux DAX 30 de la Bourse de Francfort, se déclare en faillite avec 1,9 milliard d’euros évaporés de ses comptes et 3,5 milliards de créances que ses détenteurs ne reverront sans doute jamais.

Version allemande de l’affaire Enron, du nom du courtier américain en énergie dont la faillite frauduleuse avait secoué l’Amérique en 2001, l’affaire Wirecard est « une faillite politique pour le gouvernement » , juge le Süddeusche Zeitung . Mais aussi pour les cabinets d’audit, les agences de notation, les institutions financières, la BaFin et même la justice. Comment expliquer que, après les révélations du FT , l’entreprise ait empêché le cabinet KPMG, mandaté par le conseil de surveillance, d’accéder à certains documents internes ?

Une coloration numérique au DAX

Au lieu d’enquêter, la BaFin avait poursuivi deux journalistes du quotidien britannique en justice, qualifiant leurs articles de « faux, imprécis et diffamatoires » , alors que des critiques récurrentes sur le modèle de Wirecard, et même des soupçons de fraude, couraient depuis des années. Non, elle préférait voir derrière le FT la main invisible de spéculateurs spécialistes des « shorts » , ces ventes d’actions à découvert, cherchant à manipuler le cours de Wirecard. Il a fallu attendre dix ans pour qu’EY, qui certifiait les comptes depuis 2011, refuse de le faire pour l’exercice 2019 en raison d’ « indices clairs d’une fraude de grande envergure » .

Cet aveuglement de plusieurs acteurs de la finance s’explique-t-il par la place que cette société de la fintech, créée à Munich en 1999, avait acquise dans le paysage économique et boursier allemand ? Innovante, agile, ambitieuse et nantie de la confiance des investisseurs, elle tranchait dans un pays qui compte peu de grands groupes de la tech, à l’exception du fabricant de logiciels SAP. Elle donnait une coloration numérique à cet indice dominé par des géants industriels comme BASF, Bayer, Siemens ou Volkswagen. Cette brillante icône était l’envers de l’image ternie des dinosaures de la finance, Deutsche Bank et Commerzbank, que la société de Markus Braun avait détrônées dans le DAX 30 en 2018. Avant de tomber brutalement de son trône.

Jean-Michel Bezat

1 J'aime

Ya pas un système d’assurance ?

Pour les banques Françaises qui cotisent au fond « qui va bien ». Là c’est une banque Allemande dont le rôle était de garantir les paiements… et qui a détourné la caisse…

EDIT : voilà un article fort intéressant sur Wirecard… avec une bonne nouvelle pour CURVE

No stress, ça va se régler pour tous

BFM Business: L’arrivée du rival européen de Visa et MasterCard se précise.

Capital.fr: Les grandes banques européennes prêtes à lancer leur alternative à Visa et MasterCard.
https://www.capital.fr/entreprises-marches/les-grandes-banques-europeennes-pretes-a-lancer-leur-alternative-a-visa-et-mastercard-1373913

1 J'aime

bonjour à tous, bonjour @guyraoul

Wirecard Card Solutions Ltd (WDCS) annonce toujours le blocage des comptes sur son site et BOON est directement géré par WDCS contrairement à CURVE.

Les activités de Wirecard vont reprendre !

Bonjour à tous, je confirme BOON vient de repartir. Dans la foulée j’ai acheté 155€ de bon cadeau Amazon et offert gracieusement les 0,8 € à BOON. Demande de résiliation faite dans la foulée… Y a pu ka attendre qu’ils ferment le compte…

1 J'aime

WhatsApp permet enfin de se faire profiler en fonction des achats que l’on réalise :upside_down_face:

1 J'aime

Traduction: WhatsApp permet enfin de se faire espionner en fonction…

1 J'aime

Et un nouveau en Allemagne… que le site ma-neobanque teste actuellement :

2 J'aimes

Ah oui, je crois que maintenant N26 ne sert plus à rien, vu la concurrence des autres allemandes.

Bonjour à tous,

@Bob Sauf que pour le moment Vivid n’est disponible qu’en Allemagne…

@PichHum Je n’ai pas encore essayé, mais je vois que sur leur site ils demandent l’adresse mail. Je pensais m’inscrire la semaine prochaine, peut-être ils nous mettent en liste d’attente? Sinon en bas de la page on peut choisir Europe /Germany. Je ne vois nulle part que c’est disponible uniquement en Allemagne.

Bonjour,

Dans l’article on peut lire « L’offre va s’étoffer de services, et arrivera dans d’autres pays. Pour le moment, Vivid n’est pas ouvert aux personnes qui ne disposent pas d’une résidence en Allemagne. » :wink:

1 J'aime

@Bob Ben moi j’ai donné mon adresse mail et tenté de télécharger l’appli sur mon iPhone en cliquant sur le lien qu’ils m’avaient envoyé, mais: « cette application n’est pas disponible dans votre pays »

Il me semble avoir lu un tweet de MaNeobanque indiquant un possible lancement en France a le rentrée septembre

Pas si sûr, c’est pas facile d’implanter une nouvelle marque (même sans parler des déboires de mafrenchbank).

N26 s’est qd même taillée une belle notoriété, son appli est top, sa carte transparente au moins aussi tape à l’œil qu’une carte métal (moi je m’en tape, mais un jour une commerçante m’a dit qu’elle était sympa ma carte James Bond… J’ai manqué de répartie, elle aurait aussi pu être intéressée par mes autres gadgets !), l’intégration de tranferwise pour les virements en devises, la possibilité de choisir son code PIN… Il paraît qu’il y a un peu de hors ligne, mais j’ai pas vu.
Pour ma part, il manque à mon avis les virements instantanés, la gratuité des opérations en devises, une carte virtuelle et du vrai offline…

Pour moi, c’est plutôt l’arrivée de l’offre Ultim qui doit mettre N26 au placard. Avec un IBAN français, une assurance voyage top, et la possibilité d’avoir un chéquier en sus !